Faites connaissance avec les représentants du public du Conseil d'administration de l'AFMC

Membres du corps professoral
Catégorie
Nouvelles
Publications semblables
Faits saillants du programme du CIMU 2024 - Inscrivez-vous dès maintenant!
novembre 27, 2023
We are thrilled to share that registration for the International Congress on Academic Medicine (ICAM) 2024 is now open.
L’AFMC souscrit à la Charte de l'Okanagan : une charte internationale pour les collèges et les universités s’engageant à faire la promotion de la santé
novembre 28, 2022
The Culture of Academic Medicine Initiative encourages the institutional adoption of good practices that foster respectful and inclusive environments for the wellbeing of all.

Le Conseil d'administration de l'AFMC est constitué de 21 administrateurs, dont les doyens des 17 facultés de médecine et de quatre représentants du public. L’inclusion de représentants du public dans son Conseil d'administration permet à l'AFMC de bénéficier de l'apport de meneurs chevronnés qui apportent des perspectives importantes pour l'avancement de la médecine universitaire au Canada.

Nous mettrons en vedette les représentants du public qui siègent au Conseil d'administration de l'AFMC dans nos bulletins d'information. Lisez notre entretien avec Foluke Laosebikan.

Qu'est-ce qui a suscité votre intérêt pour devenir représentante du public au sein du Conseil d'administration de l'AFMC?

Mon désir d'occuper la fonction de représentant du public au sein du Conseil d'administration de l'AFMC s'explique par deux facteurs essentiels : (1) mon expérience du monde universitaire et (2) les liens familiaux que j'entretiens avec la médecine. Mes parents étaient tous deux dans l’enseignement. Mon défunt père avait été professeur de pédiatrie, et ma mère, aujourd’hui retraitée, a été directrice d'école secondaire. Très tôt, j’ai été attiré par l'éducation et le monde universitaire. Le fait d'avoir grandi entouré d’une multitude de manuels de médecine et de notes de cours et d'avoir observé mon père pratiquer la médecine m'a fait prendre conscience du travail acharné, du dévouement, de la persévérance et des sacrifices nécessaires pour être admis en médecine et exercer ce métier. Compte tenu de mon expérience universitaire, de mon affiliation et de mon respect pour la médecine, j'ai saisi l'occasion de siéger au Conseil d'administration de l'AFMC en tant que représentant du public.

À votre avis, pourquoi est-il important que le point de vue des représentants du public soit pris en compte au sein du Conseil d'administration?
La présence de représentants du public au sein du Conseil d'administration et les perspectives qu'ils offrent permettent de renforcer l'efficacité du Conseil, d'améliorer les relations avec le public et la confiance de ce dernier, et de permettre au Conseil d'administration de rendre compte de ses actions. Sur le plan de l'efficacité, les commentaires des représentants du public servent de base à des modifications destinées à améliorer l'efficacité du système. En ce qui concerne les relations avec le public et la confiance de celui-ci, les perspectives offertes par les représentants du public permettent de révéler le sentiment du public, l'impact sur le public d'une proposition d'action ou d'une action en cours, ou les éventuels angles morts de la prestation de services que les praticiens et/ou les prestataires de services peuvent ignorer, mais qui sont visibles pour les utilisateurs finaux. Écouter et répondre aux préoccupations du public exprimées par l'intermédiaire des représentants du public améliore les relations publiques et renforce la confiance du public envers le système de prestation de soins de santé et les représentants et organisations qui gèrent les services.

En leur qualité de porte-parole de la population non médicale, les représentants du public permettent au Conseil d'administration de démontrer sa responsabilité à l'égard de la population non médicale à petite échelle, en fournissant des renseignements pertinents et des éclaircissements sur les politiques qui affectent la population.

Quels sont, selon vous, les plus grands défis de la médecine universitaire au Canada?
À mon avis, la pénurie de médecins qui sévit depuis longtemps au Canada constitue un défi de taille pour la médecine universitaire au pays. Je vis dans une région rurale de la Saskatchewan et je sais que dans de nombreuses communautés rurales et isolées, l'offre de médecins formés au Canada n'est pas en phase avec la demande. Je suis également bien conscient que la pénurie actuelle de prestataires de soins de santé ne concerne pas seulement les régions rurales et éloignées, mais qu'elle touche également les zones urbaines, ce qui souligne l'ampleur du défi. Bien que ce problème nécessite la contribution d'autres intervenants, y compris le gouvernement, je suis d'avis que la médecine universitaire est particulièrement bien placée pour jouer un rôle central et de premier plan dans la résolution de ce problème.

Parmi les travaux entrepris par l'AFMC, lesquels suscitent chez vous de l'enthousiasme ou de la joie? 

J'ai assisté cette année au Congrès international de médecine universitaire de l'AFMC qui s’est tenu à Québec en avril 2023. Le nombre et la qualité des participants, l'effervescence du réseautage au terme des séances, l'ampleur et la profondeur des connaissances en matière de recherche, l'innovation et l'expérience partagées par les conférenciers ont été autant d'éléments qui m'ont stimulé. Dans l'ensemble, j'ai trouvé que ce congrès avait été une expérience passionnante et j'attends déjà avec impatience la prochaine mouture! 

J’ai pris grand plaisir à siéger cette année au sein du Conseil d'administration!

La Dre Foluke Laosebikan est une avocate de Melfort, en Saskatchewan, où elle a fondé son propre cabinet juridique, FLK Law Firm. Elle a été admise au barreau du Nigéria en 1995 et au barreau de la Saskatchewan en 2011. Originaire du Nigeria, la Dre Laosebikan a immigré au Canada en 2004. Depuis lors, elle est une bénévole dévouée, siégeant au conseil d'administration de Collaborative Professionals of Saskatchewan pendant plusieurs années et au conseil d'administration de la Law Society of Saskatchewan, où elle occupe le poste de conseillère depuis 2017 et a participé à divers comités et les a présidés.